Les ports

Le port de Beniksila


 

 

  • Inscrit dans le cadre du programme de consolidation de croissance économique, ce projet, qui a coûté 3 milliards de dinars, sera réalisé dans un délai de 36 mois. Les responsables de l’entreprise de réalisation ont été sollicités pour réduire le temps prévu des travaux.

    Concernant la consistance physique de ce port de pêche, et d’après la fiche technique du projet, il a été prévu de réaliser une jetée principale d’une longueur de 430 mètres linéaires et une autre secondaire de 275 ml.


  • Il y aura également un quai d’une longueur de 390 ml ainsi que deux appontements pour les petits métiers qui s’étaleront à moins de 2,5 mètres de largeur et de 150 ml (2x75m) de longueur pour les ouvrages d’accostage. L’ouvrage de réparation représenté par une cale de halage sera édifié sur une superficie qui s’étendra sur un terre-plein de 4,8 hectares. Pour sa capacité d’accueil, d’après le directeur de la pêche, 60 petits métiers y sont prévus pour une production annuelle estimée à 600 tonnes, ainsi que 20 sardiniers pour 3 500 tonnes par année, soit une production globale de 4 100 tonnes par an.

  • Ainsi, ce port permettra de renforcer le secteur de la pêche avec 80 nouvelles unités, et de créer environ 240 emplois directs et 240 autres indirects. Pour ces nouveaux emplois, la priorité sera donnée aux jeunes de la commune de Beni Ksila, nous a-t-on appris, pourvu qu’ils aient une qualification dans le domaine des postes d’emploi recherchés. Lors du lancement de ces travaux, les autorités locales ont procédé à la distribution des 10 locaux (cases de pêches) qui serviront aux pêcheurs locaux afin d’entreposer leur matériel. Un autre programme est prévu également pour la réalisation de 30 autres locaux supplémentaires pour faire bénéficier une soixantaine de pécheurs de la commune. Par ailleurs, d’après les responsables de ce secteur, il sera procédé à la mise en place des bassins de décantation ainsi qu’au revêtement de la piste menant vers la plage qui sera réalisée grâce au reliquat du budget communal.

 

 

Le port de Tala Ilef


 

 

  • Le nouveau port de pêche et de plaisance de Tala-Ilef, à 20 km à l'ouest de Béjaïa est opérationnel depuis l'année 2010. Entamé en août 2006, le projet été doté d'une enveloppe de plus de 3 milliards de dinars
  • Cette infrastructure est supposée offrir une production annuelle de près de 11 000 tonnes et accueillir plus de 100 embarcations : 15 chalutiers, 30 sardiniers, 40 «petits métiers» et 15 navires de pêche hauturière.
  • Le développement touristique doit constituer une opportunité de mettre en valeur, tout en les préservant, l'identité, la culture locale, le mode de vie maritime et insulaire, soit le patrimoine madelinot;
  • Le développement touristique doit s'inscrire en complémentarité aux autres activités économiques et particulièrement celles liées à l'exploitation des ressources de la mer et de la terre.

 

 

Le port de Azzeffoun


 

 

  • Le développement touristique doit, par ses retombées économiques, sociales et culturelles, profiter à l'ensemble de la collectivité et contribuer à un accroissement de la qualité de vie des résidents;
  • Le développement touristique doit contribuer à mettre en valeur, tout en les préservant, la diversité et la spécificité de notre milieu physique;
  • Le développement touristique doit constituer une opportunité de mettre en valeur, tout en les préservant, l'identité, la culture locale, le mode de vie maritime et insulaire, soit le patrimoine madelinot;
  • Le développement touristique doit s'inscrire en complémentarité aux autres activités économiques et particulièrement celles liées à l'exploitation des ressources de la mer et de la terre.

 

 

Le port de Béjaia


 

 

  • Le développement touristique doit, par ses retombées économiques, sociales et culturelles, profiter à l'ensemble de la collectivité et contribuer à un accroissement de la qualité de vie des résidents;
  • Le développement touristique doit contribuer à mettre en valeur, tout en les préservant, la diversité et la spécificité de notre milieu physique;
  • Le développement touristique doit constituer une opportunité de mettre en valeur, tout en les préservant, l'identité, la culture locale, le mode de vie maritime et insulaire, soit le patrimoine madelinot;
  • Le développement touristique doit s'inscrire en complémentarité aux autres activités économiques et particulièrement celles liées à l'exploitation des ressources de la mer et de la terre.

 

 




Taida camping - Village de Beniksila - Béjaia - Tél. : (213) 77 777 77 77 - info@performweb.com

Retrouvez-nous sur :

                 



© 2011-2012 Performweb